L’enjeu des 1000 premiers jours de vie

Investir dans 1000 premiers jours  Un défi que relève Cap Enfants depuis 15 ans.

La commission des « 1000 premiers jours », présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, a rendu son rapport le 8 septembre.

Le 28 septembre, Adrien Taquet, Secrétaire d’Etat à l’enfance, a présenté les premières décisions du Gouvernement. Au-delà de messages-clés importants pour les parents, on retrouve dans les conclusions de ces travaux plusieurs idées fondamentales qui sont au cœur de l’engagement de Cap Enfants. Des éléments qui font écho aux prises de position de Claudia Kespy-Yahi, fondatrice et dirigeante de Cap Enfants, dans son ouvrage « De la Musique avant toute chose » (Dunod, 2019).

  1. Investir dans les 1000 premiers jours

« Une période sensible pour le développement et la sécurisation de l’enfant »

Le rapport souligne que « les 1000 premiers jours[1] de l’enfant constituent aujourd’hui un concept incontournable pour de nombreux scientifiques » et que cette période « contient les prémisses de la santé et du bien-être de l’individu tout au long de la vie ». Adrien Taquet appelle lui à faire des 1000 premiers jours un « vrai projet de société ». Beaucoup de choses se jouent dès la naissance, et même in-utero, pour l’éveil, le développement et la santé future de l’enfant, mais aussi contre les inégalités.

[1] A noter que la période concernée est indicative : elle s’étend selon les problématiques jusqu’aux deux ans ou trois ans de l’enfant.

Ce consensus et cette prise de conscience collective sont à nos yeux une très bonne nouvelle. Dans son livre, Claudia Kespy-Yahi appelait en effet de ses vœux cette mobilisation des pouvoirs publics en leur posant cette question : « puisqu’il est désormais acquis que les 1000 premiers jours sont déterminants chez l’enfant pour son épanouissement futur personnel et professionnel, ne faut-il pas justement investir dans cette construction « invisible » qui devient si visible à l’âge de l’adolescence et plus encore à l’âge adulte ? ».

C’est cette conviction qui fonde depuis toujours notre engagement : donner aux tout-petits, dès le plus jeune âge et avant même la scolarisation, toutes les chances de s’épanouir et de réussir dans leur vie.

  1. les Crèches Cap Enfants : bien plus qu’un mode de garde.

« La conception des espaces d’accueil a un effet sur le développement de l’enfant,  sur ses aptitudes empathiques, son développement langagier,  sa vie émotionnelle, sa dextérité́ manuelle ».

Le rapport mentionne d’abord les bienfaits du mode d’accueil collectif, citant notamment une étude montrant que « les enfants qui avaient fréquenté́ au moins pendant un an un mode d’accueil collectif avaient moins de problèmes émotionnels, moins de difficultés relationnelles avec leurs pairs et montraient plus de comportements pro-sociaux que ceux restés à la maison avant l’entrée à l‘école maternelle ». D’autres bienfaits sont évoqués : développement du langage, enrichissement du vocabulaire, capacités de concentration, créativité, réussite scolaire.

Mais, bien-sûr, tout dépend de la qualité de la structure. Le rapport insiste donc sur la nécessité d’améliorer la formation des personnels et de les valoriser, de financer la recherche-action-formation entre chercheurs et professionnels, avec une évaluation des pratiques visant à l’amélioration constante de la qualité́ de l’accueil.

Pourquoi tout cela nous parle ? Parce que dans nos crèches Cap Enfants, nous sommes fiers de proposer bien plus qu’un mode de garde : un projet éducatif, qui s’appuie sur l’engagement de toutes nos équipes. Nous accordons pour cette raison-là plus grande importance au recrutement et à la formation de nos professionnels. De même, notre démarche, qui se traduit dans la pédagogie musicale® que nous avons créée et dans les activités multi-sensorielles associées, est scientifiquement éprouvée et constamment améliorée et enrichie. Le soin que nous apportons à la conception de nos espaces (luminosité, couleurs, matériaux) ou encore au choix des produits alimentaires participe de cette même démarche.

  1. L’importance de l’éveil culturel et artistique.

« Le jeu, la musique, la danse, l’activité́ motrice sont essentiels dans le développement cognitif de l’enfant ».

Après le rapport de Sophie Marinopoulos en 2019, le rôle fondamental de l’éveil culturel et artistique dès le plus jeune âge est une nouvelle fois mis en avant.

En particulier, le rapport souligne les effets positifs de la musique « pour le développement cognitif et social », se référant notamment aux études d’Isabelle Peretz sur le « cerveau musical » qui ont nourri nos travaux lors de l’élaboration de la pédagogie musicale® et de la création de la Bulle musicale®. Adrien Taquet a annoncé que l’effort de formation à destination des pros de la petite enfance intègrerait l’éveil artistique et culturel.

Chez Cap Enfants, les multiples activités que nous proposons (graphiques, de manipulation, de musique, de danse, etc.) sont chacune une expression artistique valorisant la créativité des tout-petits et stimulant leur perception esthétique. Nous contribuons ainsi à l’épanouissement individuel et collectif des enfants, sans distinction, en leur permettant de s’ouvrir aux autres et au monde dans toute sa richesse et sa diversité.

  1. Les premières annonces du Gouvernement.

La création d’un Parcours des 1000 premiers jours pour accompagner tous les parents, donner aux enfants le meilleur environnement possible et favoriser l’égalité des chances.

3 moments clés :

– Dès la grossesse : généralisation de l’entretien prénatal précoce au 4èmemois de grossesse.
– Pendant la maternité :  création de postes et nouveaux moyens financiers pour les équipes hospitalières ( sages-femmes, médecins, psychologues ) et la PMI (Protection maternelle infantile).
– Après la naissance : mise en place d’un entretien à domicile 100% remboursé à la 5ème, puis si nécessaire à la 12ème semaine, pour prévenir les dépressions post-partum et répondre aux difficultés.

Des parcours adaptés pour les populations fragilisées, notamment les familles avec des parents et/ou des enfants en situation de handicapés.

La diffusion de messages de santé publique pour l’alimentation, l’allaitement, le sommeil, l’éveil par le jeu, la prévention des violences, la prévention des écrans… : ces messages figureront dans le carnet de santé et seront relayés par les professionnels de la petite enfance.

Un meilleur équilibre vie personnelle / vie professionnelle : allongement du congé paternité et, demain, refonte du congé parental.

Pour les lieux d’accueil de la petite enfance : une labellisation « 1000 jours », une Charte nationale du jeune enfant, la création d’une plateforme indiquant les places disponibles près du domicile, le renforcement de la formation des pros de la petite enfance notamment via la formation à l’éveil artistique et culturel.

 

Commandez le livre de Claudia Kespy-Yahi :

Chez Dunod

Sur Amazon

 A la Fnac

Rapport de la Commission des 1000 premiers jours 

Rapport de la Commission des 1000 premiers jours :

Quels enseignements pour les parents ?

La commission des « 1000 premiers jours », présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik a rendu son rapport le 8 septembre dernier[1]. Ce rapport soulève des points essentiels pour l’approche de la petite enfance, qui confortent l’engagement de Cap Enfants. Mais il contient aussi une proposition et des messages-clés importants pour les parents !

De l’importance que l’on donne aux 1000 premiers jours découle l’attention que l’on doit porter au tout-petit, et notamment à la maison. Le rapport le souligne : l’interaction de l’enfant avec les personnes et le monde qui l’entourent favorise son développement social, cognitif et affectif. Quelle responsabilité pour ceux qui s’occupent de lui, à commencer par les parents !

Le doublement du congé paternité

Cette interaction, et en particulier le lien affectif qui lient l’enfant à ses parents, se construisent donc dès les tous-premiers mois de la vie…et même dès les premiers jours. C’est pour cette raison que le Gouvernement a donné suite au rapport par une première mesure importante : l’allongement du congé paternité.

Actuellement, les pères bénéficient de 11 jours de congé paternité (jours consécutifs, week-ends et jours fériés inclus) et de 3 jours de congé de naissance, donc potentiellement de 14 jours. Mais dans les faits, près d’un tiers des papas ne profitent pas de leur congé paternité.

Dès le 1er juillet 2021, la durée du congé paternité sera portée à 28 jours, dont 7 jours obligatoires. Ces 7 jours seront à prendre dès l’accouchement et remplaceront donc les 3 jours de congés de naissance actuels. Le reste du congé paternité, soit 21 jours, pourra être pris de manière fractionnée.

Plusieurs messages-clés pour les parents !

Nous partageons ici plusieurs messages-clés du rapport qui ont retenu notre attention :

  • Les bébés sont curieux. Prêter attention à leurs initiatives et leurs émotions, et enrichir leur environnement sont des attitudes cruciales pour le développement de leur intelligence. Jouer, chanter, raconter des histoires, faire la lecture, favoriser des rencontres d’éveil culturel et artistique, et avec la nature sont essentiels au développement de l’enfant
  • Les bébés ont besoin de voir leurs parents dans la journée, suffisamment longtemps chacun, dans un temps calme, non limité aux repas et aux changes
  • La proximité́ physique et le portage peau-à-peau ne s’opposent pas au développement affectif et au processus d’autonomisation de l’enfant ; au contraire, elles le favorisent, et peuvent avoir des effets particulièrement bénéfiques pour les enfants, notamment de faible poids de naissance.
  • L’écran ne remplace pas l’interaction avec l’adulte et l’exposition à un écran doit être réduite au minimum nécessaire (par exemple pour communiquer avec un proche lorsqu’il est en déplacement ou qu’il vit loin) et remplacée par des interactions ludiques, culturelles, artistiques, par des activités à l’extérieur etc.
  • Les repas doivent être des moments d’échange et d’interaction
  • Le sommeil est un élément clé de l’apprentissage. La sieste est à favoriser. Assurer durée, régularité́ et qualité́ du sommeil nocturne est essentiel.

Pour en savoir plus :

Depuis sa création, Cap Enfants s’engage concrètement dans l’accompagnement de la parentalité. Dans nos crèches, sur notre site et sur nos réseaux sociaux, nous proposons des conseils pratiques aux parents. Dans le même esprit, Claudia Kespy-Yahi, fondatrice et dirigeante de Cap Enfants, donne dans son livre « De la Musique avant toute chose » (Editions Dunod, 2019) plusieurs idées pour prolonger, à la maison, l’expérience bénéfique de notre pédagogie musicale®.

Retrouvez le rapport de la Commission des 1000 premiers jours ici :

https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/remise-rapport-1000-jours

Commandez le livre de Claudia Kespy-Yahi :

Sur le site des Editions Dunod : j’achète !

Sur Amazon

Sur le site de la Fnac 

[1] Lancée par le Président de la République Emmanuel Macron en septembre 2019, elle a regroupé 18 experts de spécialités différentes : neuropsychiatres, spécialistes de l’éducation ou de l’éveil des enfants, acteurs de terrain de l’accompagnement social des parents, cliniciens spécialistes de la grossesse et du jeune enfant, sage-femme. Le suivi des travaux a été confié à Adrien Taquet, secrétaire d’État à l’enfance et aux familles.