//Claudia Kespy-Yahi : « Le cœur de mon activité est la relation humaine au bénéfice des enfants. »

Claudia Kespy-Yahi : « Le cœur de mon activité est la relation humaine au bénéfice des enfants. »

Devenir mère a transformé son destin professionnel. Parce qu’elle ne trouvait pas la crèche idéale pour ses enfants, Claudia Kespy-Yahi a décidé de créer Cap Enfants. Depuis presque dix ans, elle participe « à l’épanouissement des adultes de demain ».

Pourquoi avez-vous créé Cap Enfants ?

Claudia Kespy-Yahi : J’ai créé Cap Enfants en 2005, après la naissance de mes enfants. Je cherchais une crèche qui correspondait à mes attentes. Je suis d’origine autrichienne, je voulais qu’ils aient accès à la diversité culturelle qui compose notre monde. Je n’ai pas trouvé de structure adéquate. J’étais à la croisée des chemins : mon savoir-faire professionnel en management et gestion, mon expérience internationale et ma découverte du monde de la Petite Enfance, ses forces et ses faiblesses, m’ont permis de construire un projet solide et unique.

Racontez-nous les premiers pas de Cap Enfants : qui vous a fait confiance ?

Claudia Kespy-Yahi : J’ai commencé à travailler sur mon projet, à la suite de mon MBA dont le mémoire de fin d’études portait sur la question des crèches privées qui était toute nouvelle à l’époque. Le premier décret permettant aux entreprises de réserver directement des places date de 2004. Mon banquier m’a fait confiance. Mon premier propriétaire ainsi que mes deux clients historiques, les DRH et dirigeants des sociétés Europ Assistance France et le Groupe Chèque Déjeuner, aussi.

Comment cette aventure a-t-elle changé votre vie ?

Cela veut dire beaucoup de temps au travail, beaucoup moins de temps en famille. J’essaie donc de le rendre plus qualitatif. Aujourd’hui je suis beaucoup plus dans l’écoute, la décision et l’organisation que dans l’opérationnel. Et cela doit se renforcer ainsi.

Vous avez testé votre concept sur vos propres enfants, il y a presque dix ans maintenant, quels effets cela a-t-il eu sur eux ?

Claudia Kespy-Yahi : Ils sont très ouverts à la différence : les premiers à réagir à toute forme de racisme ! Ils sont accueillants et curieux, avides de découvertes, ce qui est un socle fondamental pour apprendre toute sa vie.

Qu’est-ce qui a changé en dix ans chez Cap Enfants ?

Claudia Kespy-Yahi : L’entreprise passe d’un stade « familial et artisanal » à un stade « professionnel » avec de nouvelles structures, procédures, et organisations sans perdre ni son esprit de start-up, ni sa vocation fondamentale de participer aujourd’hui à l’épanouissement des adultes de demain. Je me suis entourée de personnes expérimentées qui contribuent efficacement à accélérer le développement de l’entreprise, et qui complètent mes compétences.
J’ai d’abord découvert tous les aspects du management de l’entreprise, mais maintenant je fais appel à des experts pour les différentes fonctions.

Comment voyez-vous l’avenir de Cap Enfants ?

Claudia Kespy-Yahi : Nous souhaitons poursuivre notre mission de contribuer au mieux à la préparation des enfants au monde de demain. La musique et la diversité culturelle sont des apports essentiels pour que nos enfants aient plus confiance en eux, qu’ils soient ouverts au monde et qu’ils sourient donc à la vie et à leur futur.

2017-12-21T21:32:51+00:00 13 février 2014|Témoignages|