/, Ressources Humaines/Mieux mener de front ses vies familiale et professionnelle

Mieux mener de front ses vies familiale et professionnelle

Arriver à gérer avec satisfaction ses vies familiale et professionnelle : le rêve de tout jeune parent ! Voici quelques pistes pour trouver le bon équilibre entre ces deux temps de vie, mieux gérer son temps et réduire le stress.

L’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée est devenue une préoccupation majeure pour les parents. C’est même la deuxième source de motivation au travail des salariés (après la rémunération) d’après l’étude Workforce View in Europe 2018. Or 72 % des salariés ont l’impression de manquer de temps dans leur vie selon l’Observatoire 2018 de l’équilibre des temps et de la parentalité en entreprise (OVE). Ce taux s’élève à 88 % pour les parents ayant des enfants de moins de trois ans ! Difficile en effet lorsque l’on a des enfants en bas âge et une vie professionnelle bien remplie de trouver le bon équilibre pour mener de façon satisfaisante les deux… mais pas impossible.

Définir ses priorités

Pour mener sa journée (ou sa semaine) à bien, le parent doit en avoir une vision claire. Comme le pilote automobile qui, avant le départ, visionne mentalement sa trajectoire, il est important d’avoir toutes les étapes de sa journée marathon en tête et de bien définir ses priorités. Cela se prépare la veille. L’outil le plus basique reste la liste des tâches à effectuer. Elle ne doit mentionner que les tâches inévitables (celles qui ne peuvent pas être reportées), doit être précise (horaires), réaliste et doit pouvoir être réactualisée.

Des outils comme des calendriers et agendas familiaux mais aussi des applications pour smartphones se sont développées ces derniers temps pour aider les familles dans leur organisation. La simple liste écrite à la main fonctionne tout aussi bien. Respecter son emploi du temps avec le sentiment de la mission accomplie procure une sensation de succès et de bien-être qui aide largement à réduire le stress.

A la maison comme au travail, on ne doit pas hésiter à déléguer les tâches secondaires (ce qui n’est pas prioritaire ce jour-là). Il est possible aussi d’en dresser une autre liste et de les intercaler lors de moments opportuns (à la place d’un rendez-vous annulé, lors d’un temps d’attente…) en gardant toujours en tête les obligations de la journée.

Il est important de définir ses propres priorités : les urgences des autres ne doivent pas devenir nos priorités. Il faut oser poser ses propres limites et parfois apprendre à dire non afin de ne pas se trouver débordé.

Prendre du  temps pour soi pour se ressourcer

Cap Enfants parents bebe piano 2013 Louvresses

Ce n’est pas parce qu’on a des obligations parentales et professionnelles et des emplois du temps bien remplis qu’il faut ne plus penser à soi. Prendre du temps pour soi est primordial pour son bien-être. Il est important de savoir se poser afin de prendre du recul et d’avoir une perception non tronquée de ses difficultés.

La pratique régulière d’une activité est un bon moyen pour s’obliger à s’accorder du temps. Certaines aident particulièrement à combattre le stress (yoga…) ou à développer sa créativité (peinture…).

Le sport en général, même à un petit niveau mais régulier, est particulièrement recommandé. Il permet d’évacuer les tensions et de décompresser.

Se détendre sur sa journée au travail est aussi possible. Cela peut se traduire simplement par s’imposer de sortir du bureau lors la pause déjeuner. Fini le sandwich ou la salade avalés à la hâte devant son écran. Ce moment peut être l’occasion de faire un peu de sport, aller déjeuner à l’extérieur (si c’est avec les collègues, fixer une règle : ne pas parler du travail), aller se promener, lire au soleil… En un mot : s’accorder un moment, afin de se ressourcer et de « recharger les batteries ».

Aborder ses difficultés au travail

Cap Enfants absenteisme entreprise

Ne passer au travail que le temps nécessaire est primordial pour un bon équilibre. Un nouveau mot a fait son apparition, ces dernières années, dans les rapports des sociologues et psychologues du travail : le présentéisme (par opposition à l’absentéisme). Il traduit la tendance des salariés à passer plus d’heures que nécessaires au travail par peur de la réaction de leur manager ou de leurs collègues s’ils partaient « à l’heure ».

Nuisible à tous (entreprise comme salariés), le présentéisme est bien sûr à proscrire. Il n’apporte rien de plus. Mieux vaut privilégier le dialogue et montrer que l’on est efficace.

Il ne faut pas hésiter aussi à informer son manager des difficultés rencontrées, des périodes de surcharge par exemple. Il arrive parfois que le manager n’ait pas une vision réelle du travail effectif de chacun des membres de son équipe. L’informer de ses difficultés ouvre la possibilité de trouver des solutions ensemble.

Elles peuvent être de divers ordres. Opter pour le télétravail occasionnel (comme la loi le permet) en est une. En évitant les transports, le télétravail permet de gagner du temps et de gagner en sérénité. Il permet aussi de se recentrer un peu plus sur soi et de mieux se concentrer (plus de dérangements intempestifs liés à l’espace de travail). En un mot, il permet de mieux s’organiser et d’éviter une fatigue inutile.

Bien séparer vie professionnelle et vie personnelle

Avec les outils numériques, il est facile aujourd’hui de garder un lien avec son travail en dehors des heures de bureau. La tentation est grande et elle est même devenue une habitude pour certains. Pour conserver son équilibre et ne pas se laisser envahir, il est primordial de se déconnecter totalement du travail en dehors du bureau. Cela consiste notamment à couper son téléphone professionnel et ne plus regarder ses mails et de se recentrer sur sa vie familiale pour passer, par exemple, des moments de qualité avec son enfant. Relisez notre article sur les moments de qualité à partager en famille.

L’entreprise peut aussi offrir une autre solution permettant de mieux concilier vies familiale et professionnelle : la crèche d’entreprise comme celles de Cap Enfants. Les crèches inter-entreprise figurent d’ailleurs parmi les solutions préconisées par les salariés. Selon l’observatoire OVE 2018, 36 % des parents d’enfants de moins de trois ans souhaitent que l’entreprise proposent « des solutions permanentes ou ponctuelles d’accueil des enfants », un taux en nette hausse par rapport aux observatoires des années précédentes. L’étude de Cap Enfants de 2017 montre également que 84 % des parents ayant un enfant en crèche d’entreprise affirment que cela leur permet d’être plus efficaces dans leur travail et d’évoluer professionnellement plus facilement.

Pour approfondir le sujet équilibre de vie, rendez-vous sur notre article dédié.

2019-05-15T19:08:46+00:0016 mai 2019|Actualités, Ressources Humaines|